Découvrez les 8 traits de caractère indispensables pour être un bon leader

Le leadership est-il un talent naturel ou existe-t-il des moyens de poursuivre cet objectif ?

Oubliez ce discours selon lequel tout manager ou leader naît leader. Imaginez si tous les talents devaient être innés ? Et imaginez si les gens s’ancraient uniquement dans leurs talents naturels pour faire des choses dans la vie ? Une personne née avec un talent pour la musique, par exemple, devra étudier beaucoup de théorie pour comprendre comment fonctionnent les structures de la mélodie, du rythme et de l’harmonie. Et il en va de même pour le leadership. Il existe certaines caractéristiques pour être un bon leader et oui, il est possible de les apprendre si vous en avez la volonté. Bien sûr : soyez prêt à faire face aux défis quotidiens, surtout si vous n’avez pas beaucoup d’intimité avec les situations de commandement.

Les formats de travail professionnel ont changé ces dernières années, tout comme les relations professionnelles. Aujourd’hui, une entreprise qui suit cette évolution ne maintient pas l’énorme barrière qui existait dans le passé entre le “patron” et le salarié. Aujourd’hui, il est entendu que tous les collaborateurs ou employés soient des membres actifs d’une entreprise et que le dialogue est essentiel pour garantir une efficacité, obtenir des résultats positifs et atteindre les objectifs.

Faire confiance et transmettre la confiance à l’équipe

La confiance doit être la base de toute relation, elle doit donc exister des deux côtés. Si vous êtes un dirigeant, vous devez montrer que vous faites confiance au travail de vos employés et montrer chaque jour qu’ils peuvent vous faire confiance aussi. Comme l’indique l’image ci-dessus, le rôle du dirigeant n’est pas seulement de superviser. Diriger va au-delà de cela. Toujours sur la question de la confiance, c’est votre rôle de transmettre la tranquillité d’esprit aux employés et aux collaborateurs. Bien sûr, vous ne devez pas cacher des faits importants, mais si l’entreprise est en difficulté, par exemple, vous devez expliquer ce qu’ils sont et comment les surmonter.

Être en mesure de déléguer

Lorsque vous assumez un poste de direction et que vous vous tenez au courant des exigences, vous pouvez constater que vous devez prendre en charge tous les projets. Mais non seulement vous ne pouvez pas tout gérer, mais en voulant tout faire vous-même, vous finissez par frustrer vos employés. N’oubliez pas : ils sont là pour vous aider et il fait partie de ce rôle de déléguer des tâches.

N’ayez pas peur non plus de demander de l’aide si nécessaire. Quelle que soit votre expérience, lorsque vous commencez à travailler avec une nouvelle équipe, une nouvelle industrie ou un nouveau domaine de compétence, vous devez rester à la hauteur des exigences.

Pour pouvoir profiter des meilleures qualités de chaque professionnel

Pour pouvoir déléguer efficacement, vous devez être en mesure d’identifier les points forts de chaque professionnel à votre disposition. Il peut être intéressant d’avoir une première rencontre avec l’équipe pour essayer d’identifier ces qualités, ou vous pouvez opter pour une conversation individuelle.

Lorsque vous identifiez les caractéristiques, expliquez-leur comment vous imaginez que le travail peut mieux se dérouler et pourquoi vous avez attribué chaque tâche à chacun d’entre eux. Il faut aussi être flexible pour se rendre compte quand un pari n’a pas très bien marché et que quelque chose doit changer.

Orientation et suivi des projets

Il y a une grande différence entre envoyer et guider. En tant que dirigeant, il est probable que vous ayez également pour rôle de déléguer les tâches. Vous pouvez simplement déterminer qu’un employé effectue une certaine tâche, mais l’idéal serait que vous puissiez le guider dans ce rôle. Le chef de file est un guide et doit être présent tout au long du processus de réalisation d’un projet. Retour au thème 1, montrez à votre équipe qu’elle peut vous faire confiance et que vous serez présent à toutes les étapes.

Supposons que les échecs se produisent

Tout d’abord, vous devez comprendre que même un excellent leader tombera sur son chemin. Vous ne ferez pas toujours le bon pari et tout va bien, tant que vous savez assumer vos erreurs. Vous ferez preuve de beaucoup plus de force en disant “c’était ma faute” que si vous essayez de trouver mille raisons de répondre à un problème. Soyez franc et analysez ce que vous devriez apprendre de ce que vous avez vécu.

Potentiel d’infection des équipes

Aucune pierre d’achoppement ne peut décourager un dirigeant ou un manager. Rappelez-vous toujours que vous êtes un élément essentiel de la motivation de votre équipe. Transmettez la confiance et infectez-les ! Un environnement de travail avec une bonne énergie est crucial pour la productivité et l’efficacité.

Lorsque de nouveaux projets apparaissent, montrez leur importance et faites en sorte que les employés soient enthousiasmés par la nouvelle. Mais, bien sûr, cela dépendra de votre degré d’enthousiasme face à ce qui s’en vient.

En supposant qu’il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre

Il n’est pas de votre devoir de tout savoir, mais d’être ouvert pour apprendre tout ce que vous ne savez pas déjà. Vous avez peut-être dirigé plusieurs secteurs différents, mais à chaque fois que vous devez vous rendre dans un nouveau secteur, vous devez avoir l’humilité de supposer qu’il y a beaucoup à savoir.

Comprendre votre pouvoir de décision

Et enfin, il faut comprendre le poids de son pouvoir de décision. En même temps que vous devez être proche de vos collaborateurs ou vos employés, sans barrières ni nombreuses formalités, vous devez être conscient que souvent le pouvoir de décision sera le vôtre seul. Alors, êtes-vous prêt à courir après tout ce paquet ? Comme nous l’avons dit au début du texte, il n’est pas nécessaire de se sentir complètement prêt ou d’avoir un talent naturel pour diriger. Progressivement, vous construirez votre profil et votre trajectoire de leader, et c’est un travail sans fin !