Brainstorming : la véritable machine à idées

Le brainstorming est une technique inventée par Alex Osborn, un écrivain qui a travaillé comme publicitaire à New York dans les années 1940. Grâce à son intuition, les créatifs d’aujourd’hui dans le monde entier disposent d’un outil efficace pour trouver “l’idée nouvelle” qui peut surprendre un client, un spectateur ou un lecteur. Dans cet article, vous découvrirez ce qu’est le brainstorming, quand il est utilisé et comment il se déroule.

Brainstorming est un mot anglais composé de deux termes : “brain” signifie “cerveau” tandis que “storming” vient de “storm”, qui signifie “tempête”. Le sens du concept exprimé par le mot “brainstorming” est précisément celui de “tempête d’idées”. Le but du processus créatif que vous utilisez lorsque vous faites un brainstorming est de déclencher un mécanisme de stimuli induit par un processus qui vise à obtenir une nouvelle idée, qui est accueillie et perçue par les utilisateurs de la communication comme quelque chose de nouveau.

Le processus qui se produit pendant le brainstorming passe par un travail créatif qui est structuré sur des associations d’idées. Dans le cas d’un brainstroming de groupe, chaque participant à la réunion créative est stimulé à produire des idées, en se liant à ce que disent les autres. Les idées peuvent bénéficier d’une liberté absolue, sans aucune inhibition, car le but n’est pas de juger qui propose une idée, mais de la trouver. L’objectif est donc le résultat, l’idée innovante capable de déplacer le client, le public. Le jeu qui se déclenche consiste à renverser le point de vue pour trouver une solution à ce qui peut être défini : le problème à résoudre.

Quand utiliser un brainstorming ?

Dans quels contextes utiliser un brainstorming ? Dans certaines situations, il s’agit non seulement de la pratique la plus courante, mais aussi de la plus utile. Il a été question des objectifs créatifs de cette méthode. Le brainstorming est utilisé par les entreprises mais vous pouvez en faire l’expérience même si vous travaillez sur votre propre matériel créatif. En général, il existe plusieurs types de situations dans lesquelles il est utilisé:

Les outils nécessaires au brainstorming

Le brainstorming peut être confiné dans un intervalle de temps défini. En général, les sessions créatives de groupe ne durent qu’une heure, bien qu’elles puissent être prolongées si le processus est extraordinairement fertile en idées. Cependant, le processus se poursuit parfois même lorsque la session est terminée. Si vous écrivez régulièrement, vous savez très bien qu’une idée intéressante n’arrive souvent pas quand vous vous concentrez pour la trouver. Une idée peut être trouvée pendant la nuit, pendant que vous cuisinez ou que vous étendez le linge. Il est juste et utile d’avoir toujours de la matière sur laquelle écrire ou laisser une trace de sa pensée. Il peut s’agir d’un ordinateur portable, d’un smartphone avec une application de mémo vocal. Les idées viennent souvent quand on se trouve dans des contextes complètement inadéquats car c’est la réalité, avec ses stimuli aléatoires, qui fonctionne comme un carburant pour les idées innovantes.

Les cartes mentales sont un autre outil très utile. Ils sont utilisés pour voir des idées. Ce sont des représentations graphiques de la pensée. Ils ont été développés dans les années 1960 par Tony Buzan, une femme anglaise cognitive. La carte mentale est créée au cours d’un brainstorming grâce à des associations d’idées. Elle commence par un concept central auquel sont associés des idées, des pensées, des mots, des images, des couleurs qui à leur tour déclenchent d’autres concepts. Le processus est théoriquement infini. La carte sert à avoir toujours sous les yeux les éléments qui sont concaténés et elle est également facile à mémoriser, car le schéma résume le processus mental et le rend lisible de manière claire et immédiate.

La carte permet au coordinateur d’intervenir et de toujours savoir exactement où mener le brainstorming. Le brainstorming peut se poursuivre indéfiniment et s’attaquer au processus. Sans la carte du brainstorming, cela peut être compliqué, même pour un coordinateur expérimenté.

Un tableau noir peut également être utile, que vous travailliez seul ou en groupe. Il peut aider les participants à ne jamais perdre de vue la carte du processus créatif et à comprendre d’où ils sont partis et d’où ils viennent, pour rester concentrés sur le sujet le plus intéressant et le plus débattu.

Comment se déroule un brainstorming

Le brainstorming peut être individuel ou collectif. Certaines études ont montré que la stimulation créative individuelle est plus efficace que la stimulation de groupe. Dans les sessions collectives, il y a souvent un blocage. Les participants se concentrent sur ce que disent les autres et ne parviennent pas à développer leurs propres idées. Souvent, les associations d’idées ne fonctionnent pas correctement et l’ensemble du processus est affecté.

Lorsque vous êtes seul, cependant, il est plus facile d’avoir des contraintes claires à respecter et de se concentrer en conséquence uniquement sur les idées. L’autre avantage du brainstorming individuel est que vous n’êtes pas soumis au jugement d’une autre personne et que votre créativité s’exprime librement.

Bien sûr, le mécanisme qui préside au processus individuel et collectif est différent. L’environnement dans lequel se déroule la session est également important. Un tapis musical peut aider à faire sortir les pensées, tout comme la musique émotionnelle peut être utile pour exprimer des idées pleines de sentiments.

Si vous cherchez une bonne idée pour votre travail:

  • focus sur ce que vous voulez obtenir : ce peut être un nouveau slogan pour votre entreprise, la revendication d’une campagne virale, la fin de votre histoire, l’idée d’une affiche de campagne;
  • focus sur la personne qui devra évaluer votre idée : essayez d’imaginer ce qu’elle s’attend à recevoir ou ce dont elle a vraiment besoin. C’est ce qu’on appelle un jeu de rôle. Vous pouvez imaginer que vous êtes une autre personne, une personne célèbre ou un automobiliste qui regarde distraitement une affiche publicitaire ;
  • n’oubliez pas les limites à l’intérieur desquelles vous devez vous déplacer : gardez toujours à l’esprit le budget dont vous disposez ou certains critères qui doivent absolument être remplis parce que le client les a peut-être demandés;
  • sur la base de l’objectif final et des contraintes établies, établissez une première liste d’hypothèses à développer par la suite ; elles vous serviront de lignes directrices pendant toute la phase de brainstorming, qui risque de vous faire dériver en n’étant qu’une tempête d’idées;
  • regarder le travail de vos concurrents, non pour le copier mais pour comprendre pourquoi une certaine idée a fonctionné et une autre non. Ce que vous n’aimez pas vous aidera à comprendre ce que vous attendez du processus créatif.
  • prenez toutes les idées et acceptez un instant le point de vue de ceux qui lisent ce que vous avez écrit ; vous devez regarder vos idées avec détachement, il faut un peu de pratique pour réussir mais avec le temps vous apprendrez à distinguer objectivement une bonne idée d’une fausse piste.

<</p><p>Les sessions de brainstorming de groupe fonctionnent selon des règles différentes. Si vous participez à un travail de groupe, vous devrez:</p><ul><li>définir et décomposer le thème : un thème suppose un problème et vice versa ; s’il y a un problème, cela signifie que vous avez besoin de quelque chose pour le résoudre. Toute solution doit être innovante pour réussir. Innover, cependant, ne signifie pas créer à partir de rien. En inversant le point de vue, le changement d’orientation peut être novateur;</li><li>individuer les éléments du thème qui nécessitent une innovation créative : la campagne publicitaire précédente peut avoir été faible à certains égards ; une chaîne de production peut avoir des maillons faibles. Diviser le problème aide à se concentrer, à se focaliser et à travailler sur les micro-lentilles ; le brainstorming se concentrera sur les maillons faibles pour renforcer le thème dans son ensemble;</li><li>produire des idées nouvelles et innovantes : le coordinateur ou le présentateur doit inciter les participants à respecter les contraintes, les règles qui s’appliquent également dans la tempête créative, mais aussi à produire librement de nouvelles idées, en laissant une grande liberté à l’imagination et à la fantaisie. Chaque participant exprime l’idée en quelques secondes, s’il n’en a pas, il passe à la suivante, mais celui qui ne s’est pas exprimé ne rate pas le tournant, le coordinateur peut revenir vers lui et le laisser dire ce qu’il pensait ; le coordinateur ne doit jamais arrêter une idée mais la laisser couler librement car même une idée non parfaitement ciblée peut déclencher une étincelle chez un autre participant. C’est le jeu de l’association d’idées, le véritable moteur du brainstorming avec la technique de la téléportation ; vous pouvez partir de l’idée et la contextualiser différemment, dans le temps et l’espace ;</li><li>end décider sur quelles idées se concentrer et les évaluer : le brainstorming a généralement une date limite, il y a donc un moment où le temps s’écoule et où vous devez décider. A ce stade, le coordinateur de la session relit toutes les idées qu’il aura écrites, celles qu’il considère les plus intéressantes. Les idées qui obtiennent le plus de soutien de la part des participants sont sélectionnées.</li></ul><h2>Temps de brainstorming</h2><p>Le brainstorming à l’école est utilisé parce qu’il est utile pour l’apprentissage des enfants, surtout lorsque le sujet que l’enseignant présente est nouveau. Cependant, le processus créatif est important pour permettre à l’étudiant d’accrocher ses connaissances antérieures à de nouvelles connaissances, en évitant le problème classique du cloisonnement des connaissances.</p><p>De cette façon, l’étudiant récupère ce qu’il sait déjà en l’accrochant à ce qu’il vient d’apprendre. Il en résulte une forte motivation car elle lui permet de comprendre que l’apprentissage n’est pas inutile. Le brainstorming habituel pendant les leçons stimule également la créativité, permettant à l’expérience des étudiants de se dérouler sans inhibitions, en brisant les chemins logiques habituels.</p><p>Le brainstorming d’entreprise a besoin d’un facilitateur, qui agira comme un gardien de la circulation dans le trafic des idées et des mots, et d’un environnement confortable et relaxant dans lequel les participants se sentiront à l’aise. Le brainstorming d’entreprise est presque toujours basé sur un groupe. C’est un moment stimulant car il n’y a plus de grades et de rôles. Il arrive parfois qu’en plus des esprits créatifs, des personnes qui n’ont pas ce rôle ou cette attitude dans l’entreprise participent également aux sessions.</p><p>En ce sens, le braistorming est un outil qui contribue à renforcer l’esprit d’équipe et à donner aux membres de l’entreprise le sentiment de faire partie d’une équipe. Nous travaillons ensemble pour “gagner”. La bonne idée peut venir de n’importe qui, si le brainstorming a fonctionné. Chaque participant, même la personne la moins imaginative, a la possibilité de s’exprimer, dispose du même temps que le créatif le plus talentueux et, comme lui, fait partie d’un processus dont le but n’est pas de mettre en évidence mais d’être impliqué dans le flux créatif qui conduira à la production de l’idée gagnante.</p><p></p><p>.</p>